Centre De Santé Goma

RDC : Appui au développement intégré du système de santé au Nord-Kivu

PADISS (Projet d’Appui au Développement Intégré du Système de Santé) est un projet interdisciplinaire porté par les autorités de la province et mené avec l’implication d’un grand nombre d’acteurs, dont la population. Il agit simultanément sur différents éléments clés du système de santé du Nord-Kivu pour proposer une offre de soins durable, de qualité, cohérente et rationnelle. 

 

Infos-clés

Budget 14.000.000 €
Durée 5 ans (janvier 2017 – décembre 2021)
Bailleurs Union européenne (90 %), Coopération belge (10 %)
Groupe cible principal 360 professionnels de la santé
Bénéficiaires indirects 7,6 millions de personnes
Acteurs Autorités, professionnels de la santé, population
Mise en oeuvre ULB-Coopération, Erasme Coopération, Gemelli

Contexte 

Estimée à une population de près de 8.989.238 habitants, en 2020, la qualité des soins de la province sanitaire du Nord-Kivu constitue encore un grand défi. Les prestations de soins et de services de santé connaissent des problèmes prioritaires récurrents :

  1. la faible couverture sanitaire ;
  2. la faible qualité des services et soins offerts due à l’insuffisance du processus d’assurance qualité (audit clinique, supervision, coaching, tutorat, hygiène hospitalière, etc.) ;
  3. la faible disponibilité de l’offre et la faible accessibilité financière, géographique et culturelle de la population aux soins et services de santé ;
  4. la faible résilience des structures de santé face aux éventuelles épidémies, urgences et catastrophes ;
  5. la faible redevabilité publique des services de santé devant la communauté.

Problèmes liés aux ressources humaines en santé :

En ce qui concerne la formation des ressources humaines, il se pose un problème de déséquilibre dans l’organisation des filières et dans la répartition équitable des professionnels de santé, aussi bien entre les milieux ruraux et urbains qu’entre les structures sanitaires dans les mêmes provinces. Certaines catégories (Médecins généralistes, infirmiers) sont en  surproduction et d’autres en sous-production (accoucheuses, réanimateurs, assistants en pharmacie). Il y a pléthore en milieu urbain et déficit en milieu rural. De plus, la modicité des salaires et la proportion élevée des personnels de santé ne bénéficiant ni de salaire ni de prime provoquent une faible motivation et fidélisation des personnels de santé. La prolifération des établissements d’enseignement du niveau secondaire, supérieur et universitaire ne répondant pas aux normes requises et l’absence d’un système de formation continue opérationnel, représentent les causes principales de la qualité insuffisante de l’enseignement des professionnels de santé et du développement des compétences des prestataires.

Problèmes liés aux médicaments, vaccins et intrants spécifiques :

  1. Faible disponibilité des médicaments et intrants spécifiques dans les Fosa ;
  2. Persistance de la circulation des médicaments de mauvaise qualité ;
  3. Le déficit des inspections des établissements et services pharmaceutiques ;
  4. Une absence criante de données pour soutenir le processus de quantification des besoins et le manque d’informations sur le stockage et la distribution, le circuit de distribution mal organisé et peu efficient.

Objectifs

Le projet d’appui au développement intégré du système de santé du Nord-Kivu (PADISS), a démarré en mars 2017 et il a été élaboré en collaboration avec les autorités locales et Erasme-Coopération. L’objectif principal est l’amélioration de la qualité et l’accessibilité des soins dans la province du Nord-Kivu. Celui-ci doit veiller à ce que l’offre disponible s’organise de manière rationnelle et que les soins de santé dans les hôpitaux et les centres de santé soient conformes aux critères de qualité et de gestion requis, pour pouvoir être éligible aux subventions du Fonds d’Achat de Services de Santé du Nord-Kivu (FASS).

Le renforcement des compétences et des moyens de la DPS (Division provinciale de la santé) est l’un des objectifs majeurs du projet. Cela se traduit dans l’appui à :

  • l’organisation du travail et de la gestion des ressources de la DPS pour que les cadres puissent être facilement opérationnels au niveau des zones de santé (ZS) ;
  • la sécurisation du système d’approvisionnement des services de santé en médicaments essentiels pour en garantir l’efficacité et la continuité ;
  • la sécurisation de la transfusion sanguine ;
  • la participation à la réactivation du système d’information sanitaire provincial et son optimisation ;
  • l’efficacité des actions de dialogue entre les autorités sanitaires, les prestataires et la population.

Actions

  1. Réhabiliter et équiper des infrastructures de santé et des ouvrages Watsan sur base de priorités définies et concertées ;
  2. Soutenir la DPS, administration provinciale que le projet appuie dans ses fonctions de coordination sanitaire et de développement des zones de santé ;
  3. Soutenir l’Hôpital provincial de la santé (HPNK) pour qu’il puisse offrir des soins de référence secondaire de qualité. Plus spécifiquement, le projet se focalise sur la gouvernance (notamment clinique), la réorganisation des services, la qualité de soins, la gestion de la tarification forfaitaire et la phase test d’un nouveau système d’informatisation du dossier du patient ;
  4. Organiser la formation continue des personnels de santé, grâce au lancement d’un centre provincial de formation continue ;
  5. Adapter l’organisation des soins de santé primaires en milieu urbain ;
  6. Initier un processus d’accréditation des structures de soins du Nord-Kivu basé sur les compétences cliniques, l’équilibre budgétaire, la gestion, l’approvisionnement en médicaments essentiels et les infrastructures/équipements, en lien avec le Fonds d’Achat des services de santé (FASS), afin d’améliorer l’accessibilité financière des populations à des soins de qualité ;
  7. Etudier la faisabilité d’un système d’assurance maladie pour le Nord-Kivu, qui s’inscrit dans la démarche de la RDC vers la couverture santé universelle (CSU) ;
  8. Appuyer la mise en place d’une politique provinciale de lutte contre la malnutrition ;
  9. Adopter une attitude de réflexion itérative face aux actions mises en œuvre, afin de capitaliser les expériences.

Impacts attendus

Au terme du projet, les structures de soins accréditées offriront aux habitants de Goma des soins de premier et deuxième niveau de qualité et accessibles financièrement. Plusieurs mécanismes seront en place pour garantir le maintien de cette qualité :

  • Le mécanise d’accréditation des structures liant la qualité à la subvention des soins ;
  • Une nouvelle organisation de l’offre de soins subsidiée cohérente et rationnelle répondant aussi aux caractéristiques urbaines ;
  • La mise en place d’un programme de formation continue du personnel de santé ;
  • Le nouveau positionnement de la population comme acteur dans la réflexion sur l’organisation des soins ;
  • Les nouvelles relations établies entre personnel de santé et population qui définit pour chacun les rôles et les devoirs.

L’offre de soins secondaires et tertiaires aura été repensée en fonction des contraintes et ressources disponibles. L’hôpital provincial, réorganisé et équipé, en assurera la coordination avec l’appui d’hôpitaux partenaires. Il jouera un rôle important dans le programme de formation continue.

La province disposera d’une stratégie de lutte contre la malnutrition adaptée au contexte. Un mécanisme d’habilitation de la filière de soins correspondante sera en place.

La province disposera également d’un centre de formation continue destiné au personnel médical et paramédical. Les modules de formation dispensés seront liés à un système d’accréditation du personnel. Dans la mesure du possible, les différents partenaires seront invités à intégrer leurs formations « traditionnelles » dans le cadre du centre de formation et à participer au financement du centre. La DPS aura une meilleure maîtrise de l’organisation des formations et des absences de personnel qu’elles engendrent.

Les principales structures de santé de la zone de santé de Rutshuru auront intégré le système d’accréditation et de subvention.

Les différents dispositifs existant au niveau de la DPS auront été renforcés (métier d’appui aux zones, information sanitaire…). La DPS disposera de nouveaux dispositifs lui permettant d’améliorer l’organisation et la coordination des soins au niveau de la province (système d’accréditation, centre de formation).

Partenaires opérationnels

  • DPS NK est une structure décentralisée du Ministère de la Santé Publique de la RD Congo. Elle a pour attributions de (i) assister le gouvernement provincial en particulier le Ministre ayant la santé dans ses attributions dans l’accomplissement de ses prérogatives constitutionnelle ; (ii) gérer l’administration sanitaire provinciale ; (iii) apporter un appui technique, logistique et managériale aux zones des santé et aux autres structures de santé de la province ; (iv) organiser l’offre et l’utilisation des services de santé par la mise en œuvre du plan de développement sanitaire provincial ; (v) coordonner tous les services, les interventions, les partenaires de santé dans la province ; (vi) assurer le suivi et évaluation des interventions de santé dans la province du Nord Kivu.

La DPS NK joue un rôle déterminant dans la mise en œuvre du projet PADISS, en particulier dans les aspects stratégiques de développement d’un système de couverture sanitaire universelle dont la première étape est l’accréditation des formations sanitaires et du personnel de santé afin d’assurer l’accès à des soins de qualité pour toute la population.

  • ZS Goma et Rutshuru. La zone de santé est une entité géographique bien délimitée du Ministère de la santé Publique en RD Congo avec des services de santé à deux échelons interdépendants sous la supervision d’une Equipe Cadre de Zone de Santé qui rend compte au Comité de Gestion de la Zone de Santé. Ce comité agit au quotidien par l’entremise de l’équipe cadre de la zone pour la réalisation de trois principales fonctions : (i) le pilotage et la coordination de l’action sanitaire ; (ii) l’organisation de la prestation des soins à l’hôpital général de référence ; (iii) l’accompagnement de l’organisation des services au niveau des centres de santé.

Les équipes cadres des zones de santé de Goma et Rutshuru accompagnent la mise en œuvre du projet PADISS dans ces deux zones, en particulier dans l’encadrement des activités prévues dans les centres de santé et HGR soutenus par le projet, y compris la mobilisation communautaire.

  • HPNK: La mission de l’Hôpital Provincial du Nord-Kivu est d’assurer la continuité des soins aux patients qui requièrent un plateau technique non disponible au niveau de l’Hôpital Général de Référence. A cet effet, il doit développer les services pour des soins de référence secondaires ; servir de lieu de stage pour la formation clinique, participer à l’encadrement de terrain du personnel des zones de santé et aux activités de recherche opérationnelle.

Pour accomplir cette mission, l’HPNK a bénéficié à partir du mois de mai 2019 d’une subvention du Fonds de Développement Européen (FED 11) qui a permis de passer à un système de tarification forfaitaire où le malade paie un ticket modérateur et l’Union Européenne joue le rôle du tiers payant.

Dans le cadre du PADISS, l’Hôpital provincial s’est engagé à améliorer l’offre des soins en tant que structure de référence par excellence, tant en termes de contenu des prestations et qualité des soins fournis que de ses fonctions dans le système de santé de la province.

Présentations générales
Situation en octobre 2018 ici
Situation en juin 2019 ici
Situation en mars 2020 ici

En quelques images

Nos témoignages