Adaptation Des Projets En Agro Environnement 2
04/09/20

ADAPTATION DES PROJETS EN AGRO-ENVIRONNEMENT

Les projets agro-environnementaux et d’aménagement des territoires que nous accompagnons au Burkina Faso, en RD Congo et au Sénégal subissent comme partout ailleurs, les conséquences de la propagation du COVID-19.  Des effets à court,  moyen et peut-être long terme touchent et toucheront tant nos équipes locales que nos partenaires et les bénéficiaires de nos actions.  De nouveaux besoins urgents émergent et certaines activités prévues ne peuvent avoir lieu ou doivent être adaptées.

Au Sénégal, comme dans d’autres pays africains, le Gouvernement a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire, comprenant un couvre-feu, l’interdiction de toutes les manifestations publiques, la suspension de l’enseignement dans les écoles et universités, et le renforcement de la protection des personnels de santé, de sécurité, de défense et de secours mobilisés. Nous avons veillé à ce que nos ONG partenaires disposent des moyens nécessaires pour appliquer les mesures d’hygiène requises au sein de leurs équipes. Nous étudions actuellement la possibilité d’adapter notre action pour pouvoir soutenir les actions de sensibilisation au COVID-19 qu’organise notre partenaire AmBéKoun-Solidarité. Son expérience dans les actions d’information lui a permis d’être très réactive et d’ajouter aux séances de sensibilisation, la distribution de kits-hygiène (basée sur une commande importante de savons auprès d’une savonnerie de Groupement féminin).  Avec Nebeday, autre partenaire au Sénégal, c’est le soutien nutritionnel, le respect de l’hygiène et l’adaptation de certains comportements qui sont envisagés, avec les populations des communes de Joal-Fadiouth, Palmarin, Toubacouta et Djilor. L’ampleur de ces actions dépendra des réaménagements budgétaires que nous pourrons effectuer ou des budgets supplémentaires que nous pourrons trouver.

Au Burkina Faso, le COVID-19 rajoute une importante couche de difficultés à celle déjà créée par la violence islamiste.  L’équipe ULB-Coopération a anticipé les mesures décidées par le Gouvernement, qui se rapprochent de celles édictées au Sénégal, en se mettant en télétravail volontaire comme certains de nos partenaires. Actuellement, tous et toutes ont arrêté les missions sur le terrain mais les autres activités se poursuivent, adaptées ou au ralenti dans le respect des consignes de sécurité.  Les réunions rassemblant beaucoup d’acteurs sont annulées.  À ce stade, les objectifs définis dans les divers projets restent réalistes; la réflexion sur leur adaptation est en cours.

Au Kongo central, la province de RD Congo où se déploient les activités d’agriculture et d’apiculture, la première des deux récoltes annuelles, la plus importante en quantité, la « grande miellée », s’est heureusement achevée avant l’arrivée du COVID. Le miel est désormais dans les mielleries communes, où le travail de maturation et de mise en pot s’effectue tout en respectant les mesures de distanciation et d’hygiène nécessaires pour éviter la propagation du COVID-19.  La situation est plus compliquée pour les activités de maraichage surtout si le confinement général devait être imposé. Le calendrier agricole n’est pas malléable à merci. Le suivi régulier des cultures par les paysan·ne·s est essentiel. L’appui technique fourni par les équipes d’ULB-Coopération également. D’éventuelles absences des champs auront des conséquences importantes à moyen terme.  Les équipes réfléchissent à comment pouvoir poursuivre leurs actions tout en respectant les mesures de sécurité.  Des actions de sensibilisation et de distribution de kits de sécurité sont à l’étude.